05/03/2013

Sami Tlili, réalisateur tunisien de Maudit soit le phosphate

« Je fais des films pour la révolution »

Tunisie

En plus de faire des films, Sami Tliti, réalisateur tunisien de 27 ans, enseigne à la Faculté des Lettres de Sousse en histoire de l’art, littérature francophone et cinéma africain et est un ancien membre actif du mouvement des Ciné-Club et de la Fédération tunisienne des Cinéastes Amateurs. Après  trois courts métrages, son premier long métrage documentaire Maudit Soit le Phosphate a remporté le prix du meilleur film du monde arabe dans la catégorie documentaire lors du dernier festival international du film d’Abu Dhabi. Euromed Audiovisuel a rencontré le réalisateur au sujet de son dernier film.

« Je ne fais pas des films sur la révolution, je fais des films pour la révolution. Ce film revient sur ces événements [les soulèvements du bassin minier qui ont eu lieu en Tunisie en 2008]. On les considère comme les prémices de la révolution tunisienne. Je ne suis pas tout à fait d’accord avec ça. Historiquement c’est peut-être vrai, mais pour moi l’intérêt des événements du bassin minier en Tunisie n’est pas qu’après il y a eu le 14 janvier et ce qu’on appelle la ‘Révolution’ ; l’intérérêt est que c’est le premier soulèvement populaire qu’a connu la Tunisie depuis l’indépendance. »

Interview en français

partagez cet article par email imprimer cette page